Championnats du monde de Laser, Radial et 470 : une équipe de France très attendue au Japon cet été

Cet article a été rédigé par 1001 vagues, et posté le 03-07-2019

Jean Baptiste Bernaz. Copyright Sailing Energy

Epreuves majeures pour l’équipe de France de Voile en vue des Jeux Olympiques de Tokyo, les championnats du monde 2019 débutent au Japon cet été, en juillet pour les dériveurs solitaires Lasers et Radials puis en août pour dériveurs doubles 470. Si les Français ont pour objectif de remporter un maximum de médailles, l’épreuve sera aussi l’occasion de s’acclimater et performer au Japon, à un an précisément des Jeux Olympiques.

Guillaume Chiellino, directeur de l’équipe de France : « La saison des championnats du monde s’ouvre au Japon avec les Lasers et se terminera en décembre avec les Finn en Australie. Pour l’ensemble de l’équipe de France, c’est la la régate la plus importante de l’année. L’objectif est de naviguer aux avant-postes afin de marquer les esprits à un an des Jeux Olympiques. Le niveau international sera très élevé car toutes les équipes sont aujourd’hui au top de leur préparation. La France reste l’une des meilleures nations en voile, l’équipe de France est donc naturellement très attendue. Toutes les séries se sont extrêmement bien préparées, rien n’a été laissé au hasard. Nous avons de belles chances de médailles. »

 

Les dériveurs solitaires Lasers (hommes) et Radials (femmes) ouvrent le bal

Premiers en piste dès cette semaine, les Lasers (dériveurs solitaires masculin) débutent leur championnat du monde à Sakaiminati, au nord-ouest du Japon, jeudi 4 juillet. 159 concurrents de 58 pays y disputeront l’épreuve internationale de l’année où seul le sportif fait la différence. Le Français Jean-Baptiste Bernaz s’est très bien préparé pour ce rendez-vous avec son entraineur Pascal Rambeau.

Jean-Baptiste Bernaz, Laser : « Je rêve d’être champion du monde de Laser, c’est le bon moment ! Un podium serait également très bien, vu que les podiums des mondiaux font souvent des médailles aux Jeux l’année suivante. Je me suis bien entrainé cet hiver et ai effectué une bonne préparation en vue de ce mondial. C’est la première fois que nous venons à Sakaiminati. La météo est aléatoire, avec des vents variés. Nous entamons une semaine qui s’annonce intense avec 12 courses à disputer. Il va falloir rester concentré mais je me sens super bien, je vais vite, et suis prêt à jouer avec les aléas de la météo et le niveau très élevé des concurrents.»

Du 17 au 24 juillet, 120 femmes disputeront à leur tour leur championnat du monde de Radial (dériveur solitaire féminin) sur le même plan d’eau que les hommes. La délégation française compte sur Marie Barrué, Louise Cervera, Mathilde de Kerangat et Pernelle Pichon. Toutes sont capables d’accrocher un top 10.

Programme :

Lasers :

  • 4 – 6 juillet : phases de qualifications (2 courses par jour)
  • 7 – 9 juillet : phases finales (2 courses par jour / pas de Medal Race)

Radials :

  • 19 - 23  juillet : phases de qualifications (2 courses par jour)
  • 24 juillet : phase finale

 

Pour suivre les courses : https://2019worlds.laserjapan.org/

 

Dériveurs doubles : les Français en très grande forme en 470

Du 2 au 9 août, c’est sur le plan d’eau d’Enoshima et précisément un an avant les Jeux Olympiques 2020, que les 77 meilleurs équipages de 470 (dériveur double) du monde se réuniront. Série reine au Japon, ce championnat du monde s’annonce comme un très grand événement international où les Français comptent s’imposer devant les meilleures équipes japonaises ou anglaises.

Champions du monde en titre, l’équipage masculin de Jérémie Mion et Kevin Peponnet ne cache pas sa soif de renouveler l’exploit.

Jérémie Mion, 470 : « Nous avons envie d’arriver au Japon avec une véritable envie d’en découdre. Ce championnat du monde est l’objectif majeur de l’année. Nous avons la chance de pouvoir régater sur le plan d’eau olympique, et d’engranger un maximum d’expérience à Enoshima. On connait bien ce terrain de jeu et on sait que les conditions n’y sont pas toujours faciles avec de la houle ou du clapot. Les navigations sont toujours techniques, nous savons que nous allons tirer sur la machine, et ça nous plaît ! On a hâte, on va être à fond sur ces régates. Cette année on a fait une belle préparation, on est confiants pour ce mondial : on va défendre notre titre. »

Du côté des femmes, le duo championne d’Europe Camille Lecointre et Aloïse Retornaz vient de remporter la finale de la coupe du monde à Marseille, elles démontrent ainsi qu’elles sont sur une superbe lancée à peine 1 an et demi après avoir formé leur duo après une pause maternité pour Camille Lecointre.

Camille Lecointre, 470 : « Ce mondial est le point d’orgue de la saison et nous avons clairement des objectifs de médailles. Au vu de nos derniers résultats on se permet même de rêver à une médaille d’Or. Je suis assez confiante car avec Aloïse nous sommes vraiment sur la même longueur d’onde. Nous sommes à la fin d’une grosse session d’entrainements intensifs en vue de ce grand rendez-vous, nous serons 15 jours sur place avant la compétition pour nous acclimater et naviguer un maximum sur ce plan d’eau d’Enoshima qui s’annonce technique ».

Programme :

  • 4 – 8 aout : phases de qualifications
  • 9 aout : phases finales (Medal Race)

Pour suivre la course : http://2019worlds.470.org

 

L’équipe de France :

Laser (dériveur solitaire) : Jean-Baptiste BERNAZ (CN Sainte-Maxime)

470 Femme (dériveur double) : Camille LECOINTRE (SR Brest) et Aloïse RETORNAZ (SN Sablais)

470 Homme (dériveur double) : Kevin PEPONNET (SR Rochelaises) et Jérémie MION (SR Havre)

 

Retrouvez l’ensemble des délégations.

 

Ajouter aux favoris lien.